Mot du Président

La Quincaillerie Numérique, le Tiers-Lieu de la Communauté d’Agglomération du Grand Guéret institué voici un peu plus d’une année, est né d’une utopie.


L’utopie qui consistait à croire qu’il y a des voies hors des chemins battus, l’utopie qui permet de songer que l’on peut sortir de la compétence ordinaire et juridiquement très encadrée d’une collectivité, que l’on peut nourrir des projets peut-être un peu « fous » de prime abord, ambitionner des idées un peu subversives peut-être, un peu anticonformistes aussi sans doute, mais tellement ancrées dans les aspirations quotidiennes de nos concitoyens pourtant. Des idées qui concilient ou réconcilient la technologie et le lien social, la machine et l’humain, qui rappellent la nostalgie de l’archaïsme tout en s’ancrant dans la modernité. La quincaillerie est née de l’envie d’expérimenter un laboratoire d’idées à taille humaine.

Nous avons cru en ce projet et l’avons porté sur les fonts baptismaux parce qu’il coulait de source dans un Grand Guéret qui ambitionne perpétuellement le dynamisme, la modernité, la solidarité et le partage. Le succès immédiat du tiers-lieu, la fréquentation jamais démentie de la « Quincaillerie », le fourmillement de projets qui s’y développent, tout ceci montre que nous avions raison. Que nous avons su entendre les voix qui proclamaient sans le crier vraiment qu’un tel espace de travail partagé, d’échange, de débat, d’animation et de réflexion était essentiel pour notre territoire. Que nous avons su comprendre que Guéret avait besoin de son Tiers-Lieu, de son fablab, de son espace de coworking, de son site de perpétuelle innovation. Ici, rien n’est figé, puisque le principe même d’un tel espace est qu’il évolue, qu’il mute.



patchwork_2point0Il faut qu’il soit un patchwork de projets et d’influences, un camaïeu d’idées et d’actions, un couteau-suisse au service de tous, surtout de celles et ceux qui seront assez fous pour oser croire que l’humanité n’est pas faite que d’échanges mercantiles asservissants, de fallacieuses spéculations ou de modes de gouvernance autoritaires, désincarnés et éloignés du citoyen.


Voilà donc l’esprit de la Quincaillerie. L’esprit de rébellion peut-être, de liberté très certainement. C’est un souffle que le Grand Guéret entend faire lever dans l’atonie et la désespérance ambiantes. Un petit vent de subversion venu dépoussiérer le mal-être du monde et l’anomie de nos sociétés contemporaines qui sont sans doute à l’ère post-industrielle mais qui n’ont bien souvent qu’un regard préhistorique sur la relation humaine.Puissions-nous, avec « la Quincaille » conserver  l’esprit ouvert et aspirer à changer un peu la vie. Puissions-nous modifier le cours de l’existence atone et conformiste. Puissions-nous infléchir la route d’une vie folle et la course éperdue de ce monde qui galope à l’aveuglette avec des œillères, avec l’argent-roi en guise de rêne et de mors, l’ambition ou la domination pour seuls guides, et quelques trop rares esprits rebelles ou quelques trop rares initiatives humanistes en guise de brides.

Ne nous engluons pas dans les conventions ; notre Tiers-Lieu est une utopie concrétisée, un petit bout d’idéal de la contre-culture au service de l’innovation territoriale. Il est l’outil de toutes celles et tous ceux qui voudront y venir, y partager et échanger, y vivre en quelque sorte. Il suffit de le souhaiter et de concrétiser parfois les utopies en n’écoutant pas ceux qui doutent mais en avançant avec ceux qui rêvent.
La Quincaillerie vous ouvre ses portes numériques. Venez-y en nombre, il y en aura pour tout le monde !

Eric Correia, Président de la Communauté d’Agglomération du Grand Guéret


© 2017 La Quincaillerie - Mentions légales